HISTORIQUE El Eco

EL ECO  1978 avec son chef de choeur : Mr TRIBE                                                                                                            

03 09 2014 14 36 703 09 2014 14 38 55                                                                                                                                                                                                                                         NATALIE FRESSON :                                                                                                                                                       1987  Chef de choeur

 

Naissance d’une chorale

 

La naissance de la chorale communale de PIGNAN ( Hérault ) en 1975 est intimement liée aux débuts du comité de jumelage de PIGNAN avec la ville de SINZHEIM dans le BADE-WURTEMBERG allemand.

 

En effet, c’est lors du premier voyage chez notre jumelle allemande que le secrétaire de mairie d’alors, Monsieur Albert TRIBE, ardent défenseur de ce jumelage mais également excellent trompettiste, s’est rendu compte de la diversité et de l’importance d’une chorale.

 

C’est ainsi qu’est née la chorale.

En ce début, la chorale ne comptait que des adhérents de notre ville. Sans réelle légitimité ni structure légale, elle a évolué patiemment mais sûrement en donnant quelques concerts sur la commune.

 

En 1979, la chorale s’est produite (disons environ 10 personnes), dirigée par Albert, lors d’un voyage  à SINZHEIM. Quelle trouille nous avions !

 

Nous nous sommes aussi produit dans l’abbaye de Vignogoul avec pour la première fois un accompagnement musical. Le succès !

 

Albert nous a dirigé jusqu’en 1982 où lors d’une répétition, voulant nous donner la note avec sa trompette, il s’est effondré mettant fin à une passion pour le chant qu’il avait su nous faire partager. C’était la fin d’une période

 

Qu’allait devenir cette chorale après 7 ans d’activité ?

 

Devions-nous arrêter nos répétitions ou bien relancer nos activités ?

 

EL ECO

 

En 1982, je venais d’entrer dans cette chorale (environ six mois) ;je n’étais pas un« pro » (loin s’en faut), je ne l’ai d’ailleurs jamais été mais, penser que tout risquait de tomber à l’eau,  voir disparaître ce groupe (alors que beaucoup d’anciens s’étaient retirés) ne me convenaient pas.

 

Nous avons donc créé une association loi 1901 sous le nom d’EL ECO 

EL ECO était le chant que nous répétions à cette période. Le titre était court car il fallait penser à la pub.L’image même de l’écho qui nous renvoie notre propre son était positif.

 

En discutant avec les choristes restants, nous avons décidé de poursuivre notre chemin, de nous ouvrir aux autres villes environnantes (nous avions créé l’intercommunalité bien avant que l’on en parle !).

 

Nous nous sommes regroupés avec la chorale de JUVIGNAC dont le secrétaire de mairie (encore un !) nous a dirigé pendant un an. Mais la politique étant ce qu’elle est…C’était dommage car les choristes des deux formations s’entendaient bien

 

Encore un problème ! Il nous faut trouver un chef de chœur. Pas facile. Nos moyens sont limités.

 

Enfin, un jeune se présente. Son nom : Jean Philippe GRANIER. Le contact s’est très vite établi ; Il était jeune et  chaleureux ce qui convenait à tout le monde. C’est à partir de cette période que nous avons été «  catalogué » comme chorale ouverte et conviviale.

 

Au bout de 3 ans, Jean Philippe, pour des raisons familiales a du se retirer en nous présentant notre nouveau chef de chœur.

 

 

 

LA RENAISSANCE

 

Oui, il s’agit bien d’une renaissance pour notre chorale avec la venue de Nathalie FRESSON qui restera environ 15 ans à la direction d’EL ECO.

Quinze ans, c’est le temps idéal pour imprimer sa marque, sa façon de faire apprendre les chants et d’imposer de nouveaux chants de plus en plus difficiles pour arriver à la « perfection ».

 

En aparté

Ce qui est d’actualité, c’est que nous avons appris sous  la  direction de Nathalie la MISSA  GALLICA que nous avons présenté dans différents lieux sans grand succès il est vrai.

 

Après réflexion, je me dis que nous étions en avance sur notre temps. Nous n’entendions pas encore parler de concerts de ce type.

 

Je me souviens d’avoir eu des sueurs froides dans la gestion financière de la chorale.

 

A présent, c’est différent, il y a eu une évolution dans le public pour ce genre de concert et cette messe très originale ne peut que nous conforter dans son actuelle mise en place.

 

Travaillons donc pour la réussite de cette œuvre dont nous récolterons les bénéfices (sur le plan vocal bien entendu)

 

Ce petit mot a pour but de vous faire connaître les débuts de votre chorale.

 

Il y a longtemps que je souhaitais le faire mais le temps passe si vite…

 

Amicalement

 

                                Michel BOUDIER

 

   La suite, un peu plus tard…

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau